23 août 2014

0 Commentaire

Le début de la fin..

Commémoration du Sri Mahesh

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voilà de retour à Halligudi après 6jours de détente a Bangalore. J’ai entre autre visité un peu la ville, les parcs et marchés, suis sortie un soir retrouvés mes amis indiens, mais surtout profité du comfort de l’hôtel et du spa !! Je reviens donc fraiche et dispo jeudi matin à l’hôpital, et heureusement vu le programme de la journée !

A 7h30 je pose un pied dans la chambre, je file a la douche, appelle Tara a la recousse car je veux que mon saree soit nickel, et file aider le staff. le 21 été organisé une cérémonie pour l’anniversaire de la mort du Sri Mahesh, fondateur de l’association FIK. Tout le monde sur son 31, chacun sachant ce qu’il devait faire. Je rencontre par la même occasion la présidence qui dirige d’une mains de fer sans gant de velour toute personne présente sur l’hôpital depuis leur arrivée en début de semaine. Nous avons certainement beaucoup de chose a nous dire, mais cela attendra la fin de la cérémonie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSCN1397

DSCN1406

Quand tout est prêt les invités, le staff, les volontaires et la présidence se rassemble autour du Swamiji devant le mémorial bien décoré pour l’occasion. Suivent des chants, des prières, une cérémonie touchante. Le soleil tape fort, pas un souffle de vent et les sarees tiennent chaud !

A 11h nous allons tous prendre le petits dej, Hupit et sweet, prenons quelques photos, puis les invités repartent uns à uns et les patients arrivent, car la direction a décider que l’hôpital devait tourner !

J’ai discuter l’après midi entière avec la présidente. Puis le soir, après diner, nous avons de nouveau eu un rendez-vous. J’ai pu m’exprimer, je ne peux dire en revanche si j’ai été entendue.

Le début de la fin.

Ma dernière semaine a Halligudi commencent. J’ai, comme à mon habitude, mille choses en tête et mille chose a faire. Je dois préparer mes valises, suis invitée chez le personnel pour des repas, un festival, une journée de conférence avec l’Indian Medical Association, doit continuer d’assurer mon rôle a l’hôpital, preparer la passation pour Melody, l’infirmière qui arrive ce soir, donner mes cadeaux au staff, régler certaines choses avec la présidence, dire au revoir… et j’en passe ! La semaine s’annonce donc chargée, d’émotions et de travail.

Le groupe AJC part demain matin, nous prévoyons donc une petite soirée de départ ce soir. Melody doit arriver dans la soirée et Veronique partira en milieux de semaine. Pour ma part je quitte l’hôpital vendredi soir pour aller a Bangalore, passerais la journée avec mes amis sur place puis rejoindrais mes parents le soir a l’aéroport pour débuter notre voyage.

Je ne suis pas sure de pouvoir réécrire avant de partir. Vous connaitrez donc peut être mes dernières péripéties en direct à mon retour dans quelques jours !

Pour être honnête j’appréhende mon départ d’Inde plus que mon départ de France il y a 5 mois. Tant de choses ce sont passées ici. Je n’en fais le bilan que maintenant, en sentant s’approcher la fin de ce voyage, de cette expérience mouvementée, incroyable. J’ai la sensation qu’une partie de moi fera toujours partie de cet endroit et que je ramène avec moi une partie d’ici. Plus qu’une sensation c’est une certitude.

Chaque jour après l’autre. On ne sait jamais ce qu’apportera Demain.

En pensant a vous,

Morgane

 

13 août 2014

0 Commentaire

L’arrivée des volontaires, Hampi, et le reste…

L’arrivée des volontaires

Alors comme prévu le 5 Aout nous sommes allé chercher a l’aéroport de Belgaum 8 volontaires d’une asso partenaire de FIK et Sophie la nouvelle infirmière volontaire dont l’atterrissage était prévu a 14h15. J’accompagnais Jaggadesh au volant de notre ambulance habituelle et Vero, l‘administratrice, accompagnait son ami Driver dans l’ancienne ambulance. Départ a 10h, quelques arrêts sur Gadag et Hubli pour la commande des médicaments du mois, nous voilà dans les embouteillages, puis arrivés a Belgaum nous cherchons l’aéroport. Bien sur malgré un calcul du temps nécessaires et une marge de 30min, nous arrivons tout de même en retard (de 15min a peine…) et sans avoir eu le temps de déjeuner.  Les présentation sont brèves, on échange des banalités sur le voyages, installons les sacs à l’arrière de l’ancienne ambulance ou je prends place avec Sophie, une des jeunes de l’asso s’assied devant et le reste du groupe avec Vero et Jaggadesh. Nous voilà reparti en direction de l’hôpital, petit arrêt dans un restaurant pour grignoter et permettre aux chauffeurs de reprendre des forces et hop tout le monde en voiture ! Dans l’ambulance avec Sophie la discussion va bon train, on fait tranquillement  connaissance, tentant a chaque coup de frein de retenir l’avalanche de sacs de voyages qui nous entourent ! 4h plus tard nous arrivons (enfin) à Halligudi ! Je fais le tour de l’hôpital avec tout le groupe, leur montre où s’installer et les laisse déballer leur affaires, rendez vous a 20h pour le repas. De même pour Sophie a qui je présente notre chambre,  très fière de mon grand ménage de la veille ! Je la laisse prendre ses marques et descend préparer la table et réchauffer les plats. On s’attable tous, l’échange est au début facile, puis je me sens vite submergé par tout ce monde… Après trois mois toute seule, je réalise malgré la présence de Vero ces deux dernières semaines, qu’il va me falloir me réhabituer doucement à la vie sociale ! Surprenant, moi qui attendais avec impatience leur arrivée, je le ressens a ce moment là plus comme un débarquement, une intrusion brutale. Je me mets a l’écart tout en restant au centre, sollicitée par ses nouveaux venus, curieux, a l’aise. J’ai du mal a me positionner, encore. Devrais-je faire partie du groupe, de leur projet ? Dois je prendre en charge l’organisation ? Rester a l’écart ? Comment me perçoivent ils ? M’apprécient ils ? Me jugent ils ? Au même moment Vero bataille avec les autorités locales qui ne semblent pas prêtes à lui délivrer son permis de résidence, de « nouvelles procédures » rendent l’affaire compliquée. Elle est très occupée et préoccupée… Il me faudra quelques jours pour me sentir a nouveau a l’aise, pour savoir où est ma place. Je les aide a préparer leurs activités, je suis le lien avec les locaux qui me connaissent, je leur transmets ce que je sais du terrain pour faciliter au mieux leur adaptation et l’organisation de leur projet.

Avec Sophie c’est différent. Très vite nous sommes a l’aise l’une avec l’autre, nous discutons beaucoup. Pas de politesses hypocrites, l’échange se fait naturellement.

Nous avons donc avec les 8 volontaires organisé des activités avec le lycée d’Halligudi (13-16ans) le samedi matin, a partir de 9h. Nous avions prévu dessin, bracelets et scoubidou avec les filles et sports avec les garçons. Nous devions diviser els filles en trois groupes et changer d’activités toutes les 20min, pour pouvoir consacrer une heure par classe (3 classes au total). Très vite l’organisation fixée est tombée a l’eau face à l’excitation des élèves et au manque total d’autorité des professeurs… Nous voilà donc entourés de 100 élèves hors de contrôle, débordant d’énergie et d’intérêt pour notre présence. Nous passons donc le reste de la matinée a apprendre le jeu sportif local : le Kabaddi, dont je suis toujours incapable de vous expliquer les règles… a prendre des photos, a discuter, a jouer au ballon, a la corde a sauter… jusqu’a 11h30 ou un professeur nous appelle, nous fait tous assoir (les expatriés seulement) dans une salle de classe et on nous sert de grande assiette de Hupit bien épicé !! J’ai assisté a la surprise des membres du groupe (« C’est le gouter de 11h ça ?! »/ « et ça se mange avec les doigts ?? »), a leur grimace au contact des épices, la rougeur des joues… Je me suis revue quelques mois auparavant, et la situation m’a faite sourire. Le ventre plein, réchauffés par les chilis, nous disons au revoir a tout le monde, fixons une date pour revenir et reprenons la route de l’hôpital, légèrement fatigué par cette matinée stimulante !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSCN1219

WE a Hampi

Ce week end nous sommes partis tous ensemble a Hampi. Seule Vero est resté a l’hôpital pour continuer de s’occuper de ses papiers d’enregistrement et se reposer un peu. Nous sommes arrivés en fin d’après midi le samedi, avons pris le temps de trouver une Guesthouse dans le centre, de poser nos sacs, et nous voilà en route pour admirer le coucher du soleil en haut d’un temple. L’ambiance est détendue, tout le monde est ravi de faire un peu de tourisme !

DSCN1295

Après une séance improvisée de yoga au sommet des rochers, nous nous arrêtons diner dans un petit resto extérieur sur le chemin du retour.  On commande un peu de tout pour partager et on s’est bien entendu régalé ! Nous avons tous passé un excellent moment, je me désormais vraiment à l’aise, heureuse de partager ces moments avec eux. Seul bémol, les chauves-souris, moustiques et autres bestioles nocturnes qui nous ont tenu compagnie tout au long de la soirée… Arrivés a la guesthouse, fatigués, on file au lit ! La nuit fut courte et affreuse pour tous ! 40° dans les chambre et pas de moustiquaire… Nous nous rejoignons a 5h30 le matin, suant et boursouflés, toujours fatigués mais tout de même motivé pour aller voir le lever de soleil en haut d’une montagne de rochers où trône un temple. L’aventure commence… on ne trouve pas les escaliers qui doivent nous mener au sommet… Tanpis on grimpe, roche après roche, doucement et prudemment bien entendu ! Se fut éprouvant, c’est peu de le dire ! Mais au bout d’une demi heure de grimpe, la vue qui s’offre a nous coupe le peu de souffle qu’il nous reste !

DSCN1328

On s’assied tous et le silence s’installe. Plus un mot, pas même le son de nos respirations, on admire un spectacle qu’on sait unique… combien de temps sommes nous restés immobile ? Je n’en sais rien, jusqu’à ce que le soleil soit clair, dégagé de tous nuages. On reprend doucement contact les uns avec les autres entammons la descente et trouvons finalement les fameux escaliers qui la rendent bien plus aisée que la montée ! On se ballade un peu en ville et trouvons une autre guesthouse avec moustiquaire, puis on visite le temple principal ou je rencontre enfin Laxmi l’éléphante sacrée ! Elle est belle, avec la trompe peinte, elle bénie ceux qui font un don en leur touchant la tête. Je n’ai pour ma part pas tenté l’expérience…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après la visite on décide de louer des vélos, on s’achète des sandwich et on part découvrir la cité Royale, suite de temples et de ruines. Après midi très sportive, très sympathique surtout, au grand air ! Nous avons la chance d’avoir un temps idéal ! A la fin de la journée, après s’être tartiné de crême hydratante pour la plupart, pour soulager les coups de soleil, une fois le copieux repas finis, une partie du groupe par au lit, tandis que l’autre (dont je faisais bien évidemment partie) pars boire un coup autour d’un jeu de carte. Nous serons 4 a finir la soirée sur la terrasse sur le toit de la guesthouse, où la discussion passe d’échanges d’avis sur la culture indienne à la place du football dans le monde en passant par quelques questions d’éthique sur la tolérance à la souffrance… Bref une discussion bien animée et fort intéressante ! Nous partirons nous coucher tard, mais réglée comme une horloge a 6h me voilà réveillée ! Je m’habille, fais mon sac et sors le plus discrètement possible de la chambre pour aller me poser au resto d’en face, savourer un thé noir a la cannelle en lisant mon bouquin. Je rejoins le reste du groupe a 9h pour le petit dej puis nous prenons la route pour Halligudi ou nous arriverons tout juste à l’heure du Lunch !

J’ai passé un week end fantastique. Je réattaque donc la semaine plus détendue. Il ne me reste que quelques jours à l’hôpital et j’ai encore beaucoup de boulot !

Vero nous a informé qu’elle démissionnait et quittera surement l’hôpital a la fin du mois. Comme je vous l’avais dit, la situation ne s’arrange pas. On prépare donc au mieux notre départ respectif. J’ai encore du mal a réaliser qu’il ne me reste qu’un mois en Inde, quelques jours a peine encore auprès de l’équipe…

Et la suite…

Ah oui, je ne vous ai pas dit. J’ai réservé 5 nuits dans un hôtel Spa a Bangalore du 15 u 20 Aout ! J’ai proposé très vite a Sophie de m’accompagner a Bangalore pour le week-end du 15 au 17 et elle accepte très volontiers !  Une belle coupure dont l’objectif est de prendre un peu soin de mon corps que j’ai légèrement abandonné durant cette mission… de me reposer, de me détendre, et de me détacher un peu de tout ce qui se passe en ce moment à l’hôpital. Je ne rentrerais pas dans les détails.

Heureusement qu’il y a le staff ! Malgré l’attente parfois impatiente de mon retour en France, je réalise ce que je laisserai derrière moi et cela va certainement rendre mon départ très difficile… Tara m’a déjà proposé de m’héberger le temps que je trouve un travail dans la région et un mari bien sur ! Tout le groupe et Sophie étaient de nouveau à l’école d’Halligudi cette après midi. J’ai décidé de rester car j’avais du travail a finir avec Vero, puis j’ai pu passer quelques moments seule avec l’équipe, a discuter, a rire, des moments simples avec mes amis, ma petite famille indienne. Tara et Mahalaxmi ont pleuré, et j’ai pris sur moi pour retenir mes larmes, leur disant qu’on devait les garder pour le jour de mon départ, qu’il m’en faudrait beaucoup ce jour là… Ils disent que je suis une « Indian girl » et avec eux je me sens plus a ma place que n’importe où ailleurs. Je ne dis pas que je vais rester ! Je ne peux pas rester. Mais je reviendrais c’est certain, assister au mariage de Tara, voir le fils d’Appana qui vient de naître, l’enfant de Jaggadesh qui naitra dans plusieurs mois, passer par l’Hôtel de Mahalaxmi et de son mari pour boire un Cha et rendre bien sur visite au Dr Gojnur qui m’emmènera sans doute a un meeting, une conférence, un camp de santé… J’ai besoin de me dire que je reviendrais, ça me rassure. Malgré toutes les péripéties, les moments difficiles, malgré le manque de ma famille, de mes amis, d’une douche a pression, de chocolat, de sport, et de tant d’autres choses… Malgré tout ça j’ai parfois l’envie de rester, simplement pour ne pas avoir à les quitter. Alors je me dis que je reviendrais.

Oui, c’est une certitude. Je reviendrais.

A bientôt, Morgane.

IMG_0685

 

 

30 juillet 2014

0 Commentaire

Je suis de retour !

DSCN1143

Bonjour tout le monde ! Je m’excuse pour le manque de nouvelles, ces derniers jours ont été compliqués…

La nouvelle administratrice est arrivée, elle prend doucement ses marques et je l’aide autant que je peux à se sentir à l’aise et a s’habituer a la vie a l’hôpital d’Halligudi.

8 volontaires faisant partie d’une association partenaire de FIK à Paris arrivent la semaine prochaine pour un mois. Nous sommes donc très occupées a organiser leur arrivée et leurs activités sur le terrain.

Le même jour une nouvelle infirmière volontaire arrivera pour une durée de six mois.

Le Dr G. a décidé de quitter l’hôpital pour un autre poste. Nouvelle difficile pour l’hôpital mais heureusement il reste en lien avec nous pour l’organisation des camps de spécialistes et autres choses pour lesquelles nous avons besoin de son aide.

Il me contact fréquemment pour prendre de mes nouvelles et nous nous reverrons certainement par le biais de l’hôpital et en dehors. Il m’a bien précisé qu’il quittait l’hôpital mais que nous devions absolument rester en contact ! Et cela me semble évident !

 DSCN1125

Hier, l’hôpital était fermé car le dernier jour du Ramadan est un jour férié. Nous avons été invitées par Tara a prendre le déjeuner avec toute sa famille. Tous sur leur 31, les femmes, les hommes et les enfants dans de belles tenues. Des robes, des Sarees hauts en couleurs, des bijoux brillants, de la poudre au visage… Ils étaient tous superbes et toujours aussi accueillants ! Je m’étais donc pour l’occasion moi-même apprétée d’un Saree, puis Tara a voulu qu eje mette une de ses robes. Nous nous sommes régalées autour du repas traditionnel préparé par sa belle-soeur et ses nièces et avons passé un excellent moment avec toute la famille ! Son frère nous a ensuite ramenées à Gadag en voiture pour nous éviter de nous tremper et nous sommes arrivées à l’hôpital sur les coups de 17h30. C’est dans ces moments là que je réalise toute la beauté de ce voyage et la chance que j’ai eu de rencontrer de personnes si formidables. Elles seront sans aucun doute mon plus beau souvenir.

DSCN1133

DSCN1151

Aujourd’hui nous profitons d’une deuxième journée de repos car l’hôpital est fermé. Il s’agit cette fois d’un festival Hindu qui célèbre le dieu Serpent. Je me motive donc a faire un grand ménage dans ma chambre pour l’arrivée de la nouvelle infirmière, puis a commencer a trier mes affaires car je pense quitter l’hôpital quelques jours. J’attendrais bien sur l’arrivée de tous les volontaires et resterais une dizaine de jours pour les aider a s’acclimater, puis je prévois de partir une semaine au bord de la plage pour me reposer et me ressourcer un peu. Je rentrerais à Halligudi pour le mémorial du Sri Mahesh, fondateur de l’association, passerais quelques jours avec l’équipe et participerais sans doute a un week-end de conférences organisé par l’association médicale du Dr G. avant de partir retrouver mes parents pour un dernier voyage dans le sud.

Voilà le programme, rien de fixe pour le moment, je cherche encore l’endroit qui me convient le mieux.

Je vous tiendrais au courant de mes périples et aventures, comme toujours, dès que je le pourrais.

 DSCN1146

Tendrement, Morgane.

15 juillet 2014

1 Commentaire

Salut !

DSCN0936

Juste quelques mots pour vous dire que depuis mon retour de Gundimane tout se passe bien. Un petit métro-boulot-dodo.

Nous avons installé un nouvel osmoseur a l’hôpital pour avoir de l’eau potable filtrée en permanence, tant pour les patients que pour le staff au complet ! Je m’occupe également de faire vérifier le system électrique car les coupures sont de plus en plus fréquentes et les batteries ne prennent pas le relais comme prévu…

Samedi soir j’ai assisté a un meeting de l’IMA (Indian Medical Association) de Gadag sur les avancées de la neurochirurgie, très intéressant ! J’y ai notamment appris les progrès e ce qui concerne le traitement symptomatiques par chirurgie de la maladie de Parkinson. Je suis rentrée vers minuit et le lendemain j’était de nouveau en ville a 8h pour participer a une journée de conférences avec le Dr Gojnur, organisée par une branche de l’IMA. Une 50aine de médecins étaient réunis pour écouter une suite d’exposés sur des thèmes très variés ! Après l’inauguration en Kannada qui a durée une heure (et pendant laquelle j’ai lutté pour ne pas m’endormir) j’ai pu assister a 4 lectures différentes : une sur la chirurgie réparatrice après exérèse de tumeur faciale, une sur les rétinopathies diabétiques, une sur l’interprétation des radio du thorax et une sur les pose de prothèse totale de genoux et autres chirurgie orthopédiques du membres inférieur. La première était vraiment très intéressante et le chirurgien parlait un anglais clair ce qui m’a permis de suivre (presque) avec aisance ! Le speech sur la rétinopathie était par contre incompréhensible… J’ai même cru que le médecin parlait Kannada mais non, selon le Dr G., il parlait bel et bien anglais… Il me manquait bien trop de bases pour suivre correctement l’exposé sur la radiographie thoracique, mais j’ai beaucoup apprécié celui sur l’orthopédie. J’ai retrouvé des termes et des techniques que je connaissais. A 15h enfin arrive la pause repas. Je dis au Dr Gojnur que je vais rentrer, même si j’ai trouvé les lectures enrichissantes, il reste encore 4 speechs et cela risque de faire tard pour avoir un bus si je ne peux pas m’échapper avant la fin. Il se décide a partir aussi, il est fatigué. Il sait que je l’ai vu dormir pendant l’exposé sur la radio thoracique (comme une bonne partie du reste de la salle). Nous en plaisantons, puis prenons la route vers Gadag. J’arriverais en début de soirée a l’hôpital.

Cette semaine je prépare au mieux l’arrivée de la nouvelle administratrice qui est prévue vendredi. J’organise également le camp gynécologique prévu dimanche. Rien de particulier. Les journées se succèdent. On alterne l’ennui et le surbooking. Mais surtout l’ennui aujourd’hui, peu de patients, pas d’électricité… Je traine dans les couloirs, discute avec le staff, feuillète mon guide de l’Inde du Sud en préparant le voyage de septembre avec mes parents. Oui, il y a aussi des jours ou rien ne se passe a Halligudi. Il y en a même plus que ce que j’avais imaginé. Mais l’arrivée de la nouvelle directrice va surement bouger les choses. Pour être honnête, je l’attends avec impatience !

Prochain rendez vous après son arrivée. Je vous dis a bientôt !

Morgane.

 

 

 

7 juillet 2014

0 Commentaire

Welcome to Gundimane !

DSCN1034

Départ a 8h30. Le sac sur le dos, l’excitation dans le ventre. Je monte dans le bus : Halligudi-Gadag-Hubli-Sirsi. Là, ça se complique. Je dois me rapprocher des Jog Falls puis appeler le propriétaire de la maison d’Hôte appelée Gundimane pour qu’il m’envoie un taxi. Je finis par prendre un bus qui d’après le contrôleur est le bon. Arrivée j’appelle et le propriétaire me dis alors de rejoindre « Cdsgckl ». « Sorry, What ?? »… « Cargem ? » C’est tout ce que je comprends. Allez on chercher Cargem. Un vieil homme m’indique un arrêt de bus. Quand le premier arrive, je lui demande « Cargem ? » il me répond « Kalgir ? ». Allez, pourquoi pas, ça se ressemble assez… Arrivée au dit arrêt, je me trouve a Kargal. J’appelle de nouveau… Ouf ! C’est le bon village ! Une vingtaine de minutes plus tard mon chauffeur arrive au volant d’un van, seul type véhicule circulant dans les environs apparemment… C’est parti pour une demi heure de montée a travers une forêt incroyablement dense. Des tournants, des hauts et des bas, une route en piteux état par endroit. La fenêtre grande ouverte, vibrant, bondissant sur mon siège, j’admire la flore, respire l’air frais. Surprise de ne pas être malade, ravie d’arriver bientôt.

DSCN1014

On entre ensuite dans la propriété. J’aperçois les champs et bientôt la maison. Une grande demeure blanche surplombant les collines. Superbe. Les hôtes m’accueillent très chaleureusement, me proposent une boisson chaude et me montre ma chambre et le balcon des invités, offrant une vue incroyable sur l’immense domaine, sur les collines verdoyantes, sur le ciel. La vue est époustouflante, apaisante.  Je pose mon sac, enfile une tenue confortable et sirote mon Chai sur le balcon. C’est mieux encore que ce que j’avais imaginé.

DSCN1024

DSCN1025

A 19h30 je descends pour le diner et me régale d’une cuisine traditionnelle généreuse. Tout est fait maison, avec en grande partie les produits du domaine. Repue, fatiguée par la route, après un peu de lecture je m’écroule. A 8h le lendemain, j’apprécie un vrai café noir, le premier depuis deux mois ! J’apprécie tout autant les Banana Dossa maison du petit déjeuner et une douche chaude (a pression !) avant de rejoindre le taxi qui m’attend a 9h30 pour partir en visite la journée.

Nous voila sur les routes, j’ai pour compagnon un chauffeur agréable, qui parle peu l’anglais mais nous arrivons tout de même (un peu) a nous comprendre. Nous commençons par un tour sur un petit bateau a moteur, au milieu des Backwater, magnifique.

DSCN1056

DSCN1059

DSCN1067

Puis allons voir les fameuses Jog Falls qui malheureusement, a cette période de l’année, sont amoindries par le barrage en place pour faire des stocks en eau. La vue est quand même prenante !

DSCN1074

Pour aller d’un point a un autre, il y a souvent beaucoup de route, toujours parmi la forêt, avec en fond de la musique hindi traditionnelle, cela passe vite. Nous nous arrêtons manger dans un Hotel puis partons pour voir un temple qui se trouve au bout de 2km de trekking dans la jungle indienne. Eprouvant, sous une forte pluie, a aucun moment ne lâcher le sol des pieds pour éviter une glissade… Mais après 30min de descente et de grimpe et la montée d’un escalier de pierre aux marches plus hautes les unes que les autres, nous y voilà. Ca en valait la peine, aucun doute là dessus. Un temple de pierre, statut sculptée, avec la pluie battante, l’endroit était féérique.

DSCN1084

DSCN1085

Sans chaussure comme le veut la tradition a l’entrée d’un temple, j’ai pu rincer mon visage a l’ « eau sacrée » avant de prendre le chemin du retour. Epuisée, détendue, j’arrive a Gundimane vers 5h, sirote mon Black coffee sur le balcon et bouquine avant le diner qui sera aussi gouteux que le premier. A 8h30 je suis au lit et a 9h je dors profondément…

Le lendemain j’ai déjà mes petites habitudes. Café sur le balcon au réveil, petit déjeuner a 8h, une bonne douche et hop j’embarque avec Vasant, mon chauffeur, a 9h30, pour la journée. Après deux bonnes heures de route, quelques arrêts dans les villages alentours, a de joli point de vue, nous arrivons a l’entrée des Unchalli Falls. Une petite marche d’1km, toujours aussi prudente et nous voila enfin face aux chutes. J’en ai eu le souffle coupé. Une merveille. Nous descendons un escalier (peu régulier) pour nous rapprocher et nous offrir un spectacle grandiose. Je vous laisse juger par vous même.

DSCN1090

DSCN1094

Je quitte a regret le point de vue, m’essouffle un coup sur le chemin de retour (une vue pareille ça se mérite !). Nous nous arrêtons luncher et Vasant me propose d’aller voir un temple un peu particulier, un des plus beaux de la région, normalement réservé aux natifs indiens. Mais mon chauffeur, qui semble ravi de l’intérêt que je porte a la région, négocie mon droit d’entrée en ce portant garant. Gagné, nous passons le portail gardé et nous engageons sur une route cabossée, nous arrêtant a des endroits précis pour que je puisse admirer la vue et prendre quelques photos.

DSCN1105

Nous voilà au temple. En effet je n’en avait pas vu d’aussi coloré, trônant, habité par les Swamiji. Splendide. Je remercie grandement Vasant de m’avoir permis de m’y rendre.

DSCN1111

DSCN1108

Je suis de retour a la maison d’hôte a 17h30, accueillie avec un café bien chaud et finis ma journée comme les précédentes après un repas copieux et délicieux, un peu de lecture et au lit !

La nuit fut moins calme cependant. Une famille avec 4 enfants est arrivée dans la soirée… J’aime les enfants, oui, mais ceux la pas vraiment ! Excités, criards, ce fut la java toute la nuit… Le réveil fut difficile, mais je me suis consolée avec le petit déjeuner… J’ai également rencontré un couple qui été arrivé tard la veille, de Bangalore, très agréable. La conversation allait bon train, leur anglais était parfait. Ils comptent faire un tour en France, je leur conseille Bordeaux bien évidemment ! Me voila prête a 9h30, sac sur le dos, je monte pour la dernière fois dans le taxi-van pour rejoindre Sirsi et de la refaire le chemin qui m’a amené a Gundimane. Je remercie encore Vasant qui s’est avéré être un très bon guide ! J’embarque dans un bus pour Hubli et rejoint l’hôpital sur les coups de 18h.

DSCN1113

Ces trois jours en pleine nature m’ont revigorée. J’ai de bons souvenirs, de magnifiques images en tête. Me voilà prête pour attaquée la semaine.

DSCN1042

Trois mois déjà que je suis partie. Trois mois d’aventures qui se poursuivent.

Je pense a vous.

Love, Morgane.

7 juillet 2014

0 Commentaire

Nouvelles…

Une semaine chargée comme prévue ! La journée Ayurvédique c’est très bien déroulée. J’ai prêté main forte aux infirmières car beaucoup d’enfants ont répondu présents et également beaucoup de patients sont venus ! Une journée pleine comme on les aime !

DSCN0990

Mardi j’ai en revanche fait choux blanc… Je suis allée a Hubli mais pas de médecin au Département d’analyse donc retour a Halligudi avec mes prélèvements du camp. J’ai du y retourner Jeudi avec Jaggadesh. Mardi soir, 1er Juillet, apprêtée du Sari Rouge et Or que m’a prêté Tara, j’ai participé à la soirée de l’IMA pour célébrer la Journée des Médecins. La femme d’un des amis du Dr G. que j’avais rencontré quelques semaines plus tôt au mariage d’un de ses fils m’a gentiment tenu compagnie. Elle habite en Angleterre et souhaiterais que je lui rende visite quand j’en aurais l’occasion, ce que je ferais avec plaisir ! Nous avons écouté les discours et chants traditionnels, mangé, discuté, puis je suis rentrée sur les coups de minuit.

DSCN1010

J’ai pu finir la clôture financière et administrative du mois. Seul bémol, la nouvelle coordinatrice de terrain a des difficultés a obtenir son visa, des papiers manquaient. Nous avons pu régler ça en fin de semaine, son arrivée est donc prévue pour dans une quinzaine de jours, si tout va bien. Je suis donc parti le coeur léger pour mon périple en pleine nature. J’ai du néanmoins changer un peu mes plans.  Le premier Resort sélectionné était difficile d’accès et les prix proposés aux étrangers étaient exorbitants… J’ai donc décidé de partir, selon les bons conseils du Dr Patil, vers les Jog Falls où j’ai réservé, par le biais du Dr Gojnur, une chambre dans une maison d’hôte perdue dans les hauteurs des collines…

La suite aura son propre article…

29 juin 2014

0 Commentaire

Une semaine de plus qui se termine

Après mon retour de l’hotel, samedi, la journée c’est passée on ne peut plus simplement. Boulot le matin, glandouille l’après midi. Dimanche en revanche réveil aux aurores. J’ai rejoints le Dr G. a Gadag un peu avant 8h (ce qui veut dire camper a l’arrêt de bus depuis 6h30…) pour aller a une formation en réanimation néonatale. A 10h environ, avec seulement un peu plus d’une heure de retard, la formation commence. Je suis installée avec les autres infirmières conviées a une table, nous sommes une quarantaine présentes, séparées en groupe de dix. Les pédiatres font leur démonstration sur un thème avec quelques explications, en Kannada bien entendu (« If you need any precision, just ask » merci…) puis un pédiatre rejoint la table pour que nous pratiquions sur un poupon gonflable, plus ou moins gonflé. Le premier thème correspond aux premiers soins post-natals, puis s’est exposé le cas « pas de respiration immédiate ».

DSCN0957

Petit a petit la gravité du cas augmente jusqu’a la nécessité d’une ventilation au masque avec oxygène. Rien de nouveau pour moi, j’ai déjà eu ces enseignements a l’école de puériculture et eu l’occasion de pratiquer (avec des poupon mieux gonflés qui plus est…). En y ajoutant le fait qu’aucune infirmière ou presque ne parle anglais, que les « jokes » des Doc’ se font en Kannada, et que j’ai la désagréable impression d’être revenue a l’école, la journée honnêtement fut longue. Après le Cha a 16h je ne tiens plus. Je dis a mon cher Dr G. que je veut rentrer, que j’ai vu ce que j’avais a voir, il me reste tout de même 30min de bus sans compter l’attente, et mes nerfs commencent a me titiller. Ah ? Il faut que je passe l’évaluation ? Bien, très bien, mais tout de suite alors (un caprice ? peut être bien… mais j’ai le droit de temps en temps non ?) ! Me voila donc face au fameux poupon, tout le matériel a proximité, je débute ma démonstration. « I stimulate, I change position, no breathing ? I put the mask on. What size ? The good one. 3, 2, breath, 3, 2, breath, 3, 2, breath,…. No breathing ? Oxygen, Doctor called, Cardio resuscitation… What ? not my job ? Oh sorry… » Validé. Merci. Le certificat ? Vous me le donnerez plus tard, j’ai un bus a prendre… Je ne suis pas cool. C’est vrai que la formation ne m’a pas réellement apporté grand chose, mais pour le reste des infirmières ce fut très instructif ! Je les ai vu captivées, attentives a chaque parole, précises a la manipulation, j’ai même admiré leur  application. Je dois avouer que j’ai un peu culpabilisé d’y montrer, moi même, si peu d’intérêt… Mais bon j’étais là, j’ai participé, c’est l’essentiel non ? Allez me voilà de retour a l’hôpital. La journée touche enfin a sa fin.

Ma semaine s’est déroulée sans encombre. Un petit métro-boulot-dodo qui me convient. Ponctuée par les courses, une matinée d’enquête pour le projet pédiatrique, un peu d’administratif, la distribution des flyers pour le camp du dimanche et la journée Ayurvédique de lundi et un premier contact Skype avec Sophie, l’infirmière qui me rejoindra en Aout (vrai de vrai !). Et autre très bonne nouvelle, meilleure encore que l’arrivée de Sophie : un Manager arrive début Juillet a l’hôpital ! Nouvelle validée ! Elle devrait atterrir aux alentours du 9-10 juillet ! Cette nouvelle a m’a ravie autant qu’elle a ravie tout le staff ! Je suis l’ « ex-manager » maintenant ! Du moins je le serais dans une semaine ! Ouf ! Il me reste tout de même la clôture du mois a faire, le changement de l’osmoseur et quelques autres détails administratifs a régler mais ensuite, je passe la main !

DSCN0959

Pour finir, aujourd’hui nous organisions l’habituel PAP Smear Camp que je ne vous décris plus… Mais également un camp gratuit de consultation pédiatrique. A 10h déja plus de 20 enfants étaient présents. Au final, le pédiatre aura vu pas moins de 80 enfants en l’espace de 3h ! Dans les couloirs de l’hôpital ça grouillait d’enfants de tout âge, riant, criant, pleurant, courant, bavant… bref imaginez 80 enfants dans une salle d’attente chez le médecin… L’organisation laissait un peu a désirer au début mais modifions, déplaçons, arrangeons… pour qu’au final tous se passe fantastiquement bien ! 25 femmes ont pu se faire dépister et en plus des consultations, des traitements pédiatriques ont été distribués gratuitement. A 16h nous prenons la photo de groupe devant le mémorial du Sri Mahesh, le fondateur de l’hôpital. Je dis au revoir a tout le monde, il me reste du boulot ! Un peu de rangement, la préparation des prélèvements avant de les apporter a Hubli mardi. J’en fais un maximum, demain c’est l’ « Ayurvedic Day », la journée sera plutôt chargée.

 DSCN0969

DSCN0973

DSCN0982

DSCN0985

Le programme de la semaine prochaine aussi d’ailleurs. Je dois acheter un nouvel osmoseur pour que les patients aient de l’eau potable a l’hôpital. Mardi je vais a Hubli porter les prélèvements du camp et le soir je suis conviée une soirée organisée par l’Asso Medicale Indienne de Gadag avec le Dr Gojnur pour célébrer le « Doctor’s Day », Sari oblige, bien sur… Je dois ensuite clôturer le mois (beaucoup de paperasse, de tableau a remplir. Passionnant. Et surtout long.). J’ai finalement décidé de partir 4jours en vacances. De vrais jours de repos, avant l’arrivée de la nouvelle administratrice. Je pars donc vendredi dans la journée pour une réserve naturelle a environ 3h30 de l’hôpital. Au milieu de la forêt, au bord d’une rivière, dans une tente (pas une Qeshua, un peu plus grand et plus solide, « wild life » oblige…). Je pars profiter du grand air, faire je l’espère un safari, des treks, me baigner dans la rivière et ce qu’ils appellent « le Jacuzzi naturel » (ça fait rêver hein ?), observer les oiseaux,…  Cela dépendra bien entendu du temps, merci la saison des pluies ! Peut importe je vais profiter, me reposer, me relaxer dans un cadre on ne peut plus dépaysant ! Je rentrerais lundi soir. L’asso m’a donné son accord (« repos mérité ! » ont ils précisé) et le staff aussi. La tente est réservée, il me tarde déjà vendredi !  Mais surtout ne pas trop s’enflammer, on ne sait jamais ce qui peut arriver en Inde pas vrai ? Il faut être positif, mais pas naïf, ni trop exigeant… Mais il me tarde ! Je vous raconterais tout dès mon retour.

Bonnes vacances a tout ceux qui laissent derrière eux les examens, les enfants, le boulot, profitez bien ! Bon courage a ceux qui bossent encore. L’été ne fait que commencer, chacun sont tour.

Je pense a vous,

Morgane.

 

 

 

22 juin 2014

0 Commentaire

Hotel Malligi

Ca y est, ma nuit est réservée ! L’Hotel Malligi se trouve a Hospet, a un peu plus d’1h30 de bus de l’hôpital, trajet direct. Le site promet des chambres confortables, une piscine, une salle de sport, un spa, un petit déjeuner buffet a volonté et plusieurs restaurants avec à la carte autant de plats traditionnels qu’occidentaux. Les avis des internautes sont très positifs. Le prix est plus que raisonnable. Qu’est ce qui me retient ? Rien ! L’hôpital ferme le vendredi, une journée dans un hôtel 3 étoiles, relaxation et confort et puis du shopping en ville… cela m’attire plus que de passée la journée seule dans ma chambre sous la crainte constante de la présence de mes fameux copains les singes… Alors me voilà prête, le sac sur le dos, la journée de boulot vient de se terminer. Je dis au revoir a Appanna, lui parle d’un retour le lendemain dans la soirée et pourquoi pas le samedi, si le luxe me garde dans ses filets une nuit de plus. On ne sait jamais. Coup de chance un bus arrive quelques minutes après ma sortie de l’hôpital et j’embarque ravie d’avance de ma petite escapade. 20h, me voila à l’hôtel. Le site ne mentait pas, c’est très classe, moderne et le personnel très respectueux et concerné. Surtout que je viens de me rendre compte que j’ai oublié mon passeport… Sans pièce d’identité je ne suis pas censée accéder a ma réservation. Mais ils me laissent la soirée pour trouver une solution. Heureusement Papounet chéri a une copie de ma carte d’identité sur son ordi, ouf ! Il l’envoie gentiment a la réception, cette histoire est réglée ! La chambre est nikel ! Deux lits confortables, la clim, propreté vraie, une salle de bain AVEC DOUCHE ET TOILETTES, et une télévision avec une chaine de films américains en anglais !! Wow ça c’est du luxe ! Je décide d’aérer un peu, la propreté aussi a une odeur en Inde… Zut une abeille ! Lutte acharnée… je gagne… en voila une autre ! 2eme lutte… plus difficile… je gagne ! Et je ferme la fenêtre illico ! Dehors il fait nuit noire. Je m’installe, a l’aise sur mon lit, mets en route le film et m’autorise le Room Service pour ce soir ! Je me régale de nâans au fromage, bon la cuisine aussi est top ! La soirée se passe comme je l’avais imaginée. Parfait. A 22h30, crevée, j’éteint tout, avec le sourire, impatiente de ma journée « bien être » prévue le lendemain…

DSCN0948

Un cri ? Un autre ? Des pas, lourds et forts. Des rires. Tout aussi lourds et forts. Quelle heure est il ? 0h seulement ? Bon ils vont finir par aller se coucher. Ou pas. Et c’est parti pour une nuit blanche. Les yeux grands ouverts, le corps épuisé, je supporte ce boucan la nuit entière… 6h30 me voila debout. J’ouvre les rideaux. HORREURE ! Je comprends l’intrusion des abeilles la veille, il y a un nid énorme juste devant ma fenêtre !

DSCN0951

Allez je respire, j’enfile un legging et des baskets quand ma porte s’ouvre d’un coup. Un homme, planté là, me regarde, puis referme. Je suis trop surprise pour réagir, a peine le temps de réaliser que ça recommence. La porte s’ouvre de nouveau, il jette un coup d’oeil puis la referme. Je commence a m’échauffer. La nuit a été courte. Je prends mes affaires, motivée pour ma séance sportive matinale, cela me détendra. Mais petit soucis, impossible de fermer ma porte a clefs de l’extérieur. Ni une ni deux, je fais venir un homme de la réception. Je ne suis pas contente, je lui fais le récit de l’intrusion matinale et de la fiesta nocturne. Il s’excuse en me disant que deux mariages sont organisés a l’hôtel depuis hier et m’explique tranquillement le mécanisme de verrouillage de la porte, que je n’avais apparemment pas compris. Je me sens un peu bête, mais bon. Aller je prend le chemin de la salle de sport, ça ira mieux après. Raté. Non seulement c’est tout petit  mais surtout c’est bondé d’haltérophiles indiens… Des jeunes avoisinant la vingtaine, soulevant des poids sur une musique trop forte, ravie d’avoir enfin de la compagnie, qui plus est étrangère. Pfff même à l’autre bout du monde, une salle de sport reste une salle de sport. Je supporte 15min leur présence puis décide de finir avec quelques abdos dans ma chambre. Tanpis. Au moins la douche est toujours la, avec de la pression en plus ! Un pur bonheur. Fraiche, remotivée je vais me régaler au buffet petit déjeuner. Il est 9h30 a peine. Je me décide a appeler le Spa. Y aurait il une place maintenant pour un massage Sweddish Sensation ? (Pourquoi pas…) Bien sur, on vous attend ! Je me retrouve donc allongée sur le ventre dans une petite salle d’un mètre sur deux. Je ferme les yeux, légèrement angoissée, et la masseuse débute le travail. Aie ! Ouille ! Mais qu’est-ce que… ?! Ca fait mal. Très mal. Elle tord mes chevilles, mes mollets, s’appuis de ton son poids (précision, sans jugement aucun, elle était obèse) sur mes cuisses et mon dos. Je souffre et chercher par tous les moyens une excuse pour terminer ce calvaire qui doit durer une heure… Je me maudis d’avoir oser une Sweddish Sensation, pourquoi pas juste une petit massage « épaules et cou » hein ? Ah ? Les torsions ont cessé. Elle ne s’appuis plus sur moi, elle est sur le côté. Et le vrai massage débute. Un massage huileux (très huileux) et toujours aussi énergique, mais un massage tout de même. Je me dis même, au bout d’un moment, que ça me détend. Oui je commence a apprécier, a me laisser aller. Enfin une bonne nouvelle. Finalement c’était une bonne idée. Excellente même. Les 60min s’écoulent. Je sors ravie, détendue, motivée, huileuse. Je retourne sous la douche. Je risque une friture intégrale si je sors dehors comme ça.  Allez, l’addition est réglée, c’est parti pour le shopping. Il est a peine 11h. A 12h j’ai fait le tour de la rue commerçante principale. Bon j’ai tout de même trouvé une paire de tong. Tanpis, je ne vais pas tourner en rond pour rien, direction la bus stand et un peu plus de 2h plus tard me revoilà a Halligudi.

 DSCN0954

Tout ne s’est pas passé comme prévu. C’est clair. Mais ce fut une expédition sympathique quand même. Le luxe ne me convient peut être pas finalement. Je suis contente de retrouver mon petit chez moi. Même si le buffet du petit dej va me manquer…

With love,

Morgane.

22 juin 2014

0 Commentaire

Début du projet pédiatrique

DSCN0944

Mercredi matin, Tara m’a accompagné a Halligudi. Nous débutons l’enquête pour le projet pédiatrique. Equipée d’une balance et d’un mètre ruban, les questionnaires en main, nous marchons en direction des habitations, demandant s’il y a des enfants âgés en 6mois et 5ans. La première demi heure fut rude. A peine 3 enfants pesés/mesurés. Je me rends également compte que la plupart des points de mon questionnaire ne sont pas adaptés. Je le modifie, au fur et a mesure que nous rencontrons les villageois. De temps a autre une femme nous amène en voire une autre, puis une autre, le mot passe et de plus en plus de foyers nous accueillent. Ils sont curieux de savoir combien pèse leur enfant, curieux de savoir ce que je vais faire ensuite. Nous passons également par la « Pre-school », où est une bonne partie des enfants de moins de 6ans quand les parents sont aux champs, ou occupés ailleurs. Les uns après les autres ils défilent sur la balance et celle qui les garde (babysitter ? prof ? autre ?) complète les informations dont j’ai besoin.

DSCN0940

Sur le retour de nouveau plusieurs foyers nous interpellent. Nous avons également été invitées a « grignoter » chez une patiente régulière de l’hôpital, qui nous aurait nourri toute la journée si nous n’avions insisté pour partir. Au final 30 questionnaires ont pu être remplis. Je suis ravie, ce n’est que le début ! Hop au bureau pour le reste de l’après midi, je commence a enregistrer mes données, a calculer les IMC pour définir le statut nutritionnel de chaque enfants. C’est du boulot, calculs répétitifs, mais ce sont les bases de mon projet. Nous recommencerons dans d’autres villages la semaine prochaine. Tara a pris sa journée jeudi et l’hôpital est fermé vendredi. J’ai d’ailleurs décidé de partir passé une nuit a Hospet dans un hôtel Spa avec Gym et piscine ! Le luxe, je me dis qu’une petite nuit tout confort me fera le plus grand bien, et pourquoi pas même un petit massage ? Je vous raconte ça au prochain article…

 

22 juin 2014

0 Commentaire

Shoba

Mardi, Shoba (Cleaning and cooking Lady), a amené ses deux enfants de 4 et 7ans a l’hôpital car ils avaient de la fièvre et vomissaient depuis la veille. Le Dr Patil les a auscultés et vu l’état de déshydratation, nous avons décidé qu’il valait mieux les emmener à Gadag dans un service de pédiatrie, rapidement. L’hôpital d’Halligudi n’a pas le matériel nécessaire pour des soins pédiatriques poussés comme de la réhydratation par voie intraveineuse. Le personnel n’est pas non plus formé pour ce type de soins. Je pars donc en ambulance avec elle jusqu’a l’hôpital de Gadag où le Dr Gojnur nous rejoint. Shoba est très inquiète, ce que je peux comprendre et je ne sais comment la rassurer. Elle ne parle pas anglais et ma position la tient a l’écart. Je lui montre que je suis présente, que je l’accompagne, pas seulement physiquement. Je porte sa fille et elle son petit garçon a travers le service des urgences. Elle doit partir payer les soins, je reste donc avec ses enfants et tente au mieux de les aider, de les calmer, pendant que l’infirmière leur pose le cathéter et réalise une prise de sang. Plus de barrière de la langue, juste une présence, une gestuelle que je connais et je me sens utile pour la première fois de la journée. Je reste jusqu’au retour de Shoba, le Dr Gojnur lui explique ce qui va se passer, son frère la rejoint bientôt. Nous partons donc et je m’assure qu’elle un numéro où nous joindre et insiste pour qu’elle n’hésite pas si besoin, pour un transport ou quoi que se soit d’autre. Aujourd’hui ses enfants vont mieux mais restent toujours a l’hôpital, la fièvre a mis beaucoup de temps a s’atténuer. J’ai réalisé a quel point je me sentais concernée par ceux qui m’entourent. Shoba est surement de tout le staff celle dont je suis la moins proche. Sa personnalité, moins avenante, plus réservée avec moi, le fait qu’elle ne parle pas du tout l’anglais, tout cela rend nos échanges moins évidents, naturels, qu’avec les autres membres de l’équipe. Mais je suis présente pour elle comme pour tous les autres et je crois qu’elle l’a finalement compris. Peut être même que ça permettra de faire évoluer notre relation ? Peut être que ça la rendra plus a l’aise avec moi. Je verrais lorsqu’elle reviendra a l’hôpital, pour l’instant le plus important c’est que ses enfants aillent bien.

 

 

1234

Blog du niveau intermédiaire |
Les CAP PE aux Pays Bas |
Célia et Michaël |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | STAGE ARGENTINE
| Franck en vadrouille
| Voyageromenaples